Le futur de mon peuple

Message de Jésus du 8 septembre 2011

« Mes chers enfants, poursuivons notre discussion au sujet de l’époque dans laquelle vous vivez et des événements qui vous attendent. Après avoir parlé de mon action et des instruments dont je me sers en ce temps présent, je souhaite aujourd’hui aborder le thème du futur de mon peuple. Je tiens tout de suite à vous préciser qu’il ne s’agit pas d’une prophétie nouvelle et inconnue, ni de quelque chose qui n’a pas encore été annoncé. Lorsque vous priez le Credo, vous dites en effet « j’attends la vie du monde à venir » et l’Église affirme depuis toujours de croire à mon retour, de croire à la résurrection des morts et au royaume de Dieu que je vais instaurer à la fin des temps pour le soumettre à Dieu notre Père. Ce que je veux vous indiquer aujourd’hui, c’est un chemin de préparation qui vous aide à prendre conscience de ce qui va se produire, afin que vous soyez prêts à répondre et à participer avec votre vie à l’action de Dieu.

Comme je vous l’ai déjà dit, mon peuple est un instrument irremplaçable et puissant de mon action ; c’est pour cela que j’ai fondé mon Église. Je l’ai fondée sur Terre où j’ai pris chair et où je suis mort et ressuscité. L’Église est mon peuple, que j’ai racheté au prix de mon sang, peuple à travers lequel ma parole devient chair et mon Sacrifice se renouvelle. C’est grâce à l’Église que la puissance de ma mort et de ma résurrection se prolongent jusqu’à la fin des temps, et qu’elle apporte ses bénéfices aux vivants et aux défunts de toutes époques.

Je ne suis pas venu sur Terre pour instituer une nouvelle religion, mais pour appeler toute l’humanité à la foi du Dieu vivant, CELUI QUI EST. Non pas un dieu créé par les spéculations des hommes ou la pensée d’un quelconque philosophe, mais le véritable Dieu, qui s’est fait Homme en moi. En me montrant à vous, je vous ai fait connaitre mon Père, car mon Père et moi ne formons qu’une seule chose. Je vis dans le Père et le Père vit en moi[1].

J’ai pris chair pour sanctifier chacun de vous et pour sanctifier tous ceux qui croient en Dieu. Après ma mort et ma résurrection, vous n’êtes plus seulement des hommes formés de chair et de sang, vous êtes des fils de Dieu, réveillés dans votre esprit et rendus dignes d’être face à face avec le Dieu Vivant.

L’Église n’est pas une institution humaine mais divine. Toutefois, elle a été confiée aux hommes de la Terre, bien qu’il y ait dans l’Univers d’autres hommes, même bien meilleurs que vous. Mon Père a voulu que je vienne sur Terre pour y fonder mon Église. Pourquoi a-t-il souhaité cela ? Parce qu’il a vu la grande misère de votre humanité et l’oppression des forces du mal sur vous, qui n’a pas son égal dans tout l’Univers, car vos ancêtres ont énormément péché, ils ont péché bien plus que d’autres, en stipulant une terrible alliance avec Lucifer. Mon Père est venu à votre secours et il vous a offert une grande opportunité de rachat.

L’Église n’est pas née des hommes, mais de Dieu. Elle a été fondée pour garder, manifester et promouvoir la vie de la Sainte Trinité, la vie que le Saint-Esprit lui communique incessamment par son action, Esprit « qui est le Seigneur et qui donne la vie et qui procède du Père et du Fils ». L’Église, mon peuple saint, ne peut contenir autre chose que la vie de Dieu et elle ne peut rien faire d’autre que la transmettre aux hommes et à toute la création. Tout ce qui s’oppose à la vie de Dieu corrompt l’Église et la rend impure.

Je vous demande alors : est-elle pure mon Église ? Mon peuple est-il un vase précieux contenant la vie de Dieu ou quelque chose d’autre ? Répondez en toute sincérité, car mon Église a été confiée à chacun de vous et non pas seulement à ceux qui la gouvernent. Vous tous qui vous appelez Chrétiens, vous avez été appelés à être mes témoins. Je m’adresse à vous, catholiques, orthodoxes, protestants, anglicans, etc. Qui êtes-vous ? Qu’êtes-vous ? Êtes-vous mes témoins ou les témoins de vous-mêmes, de vos idées, de vos théologies, de vos intérêts humains ? Représentez-vous les églises nées de vos divisions et remplies de préceptes humains ou de l’Église née de mon flanc transpercé sur la croix ? Je vous laisse répondre en votre âme et conscience.

Je veux vous dire tout ce que je désire de mon peuple et tout ce que je réaliserai dans ma puissance. L’Église a encore besoin que je lui rende visite dans ma puissance qui vient d’en haut et non de vos codes. Je comblerai chaque manque de mon peuple, je réaliserai tout ce qui n’a pas encore été possible d’accomplir à cause des faiblesses et des péchés de votre humanité. Par un peuple nouveau je réaliserai mes promesses du royaume de Dieu.

Mon peuple sera immaculé, comme est Immaculée ma Mère qui est aussi la vôtre, la Mère de l’Église. L’immaculation n’est pas une perfection ; je ne demande pas que vous soyez parfaits, car seul Dieu est parfait. Il ne s’agit pas non plus de la simple pureté sexuelle. La véritable immaculation est le dépouillement de vos intérêts et de vos ambitions personnelles ; c’est la sincérité à mon égard et à l’égard de votre prochain. C’est la capacité de reconnaitre humblement vos limites, en demandant l’aide de Dieu et de vos frères, sans vous cacher derrière des prétextes inutiles et nuisibles, mais en vous plaçant face à votre Maître. L’immaculation est synonyme d’intégrité.

Je vous assure que vous ne parviendrez jamais à être intègres sans l’aide de ma Mère, la Vierge pure et sainte que je vous ai donnée comme Mère. Du haut de la Croix, je l’ai confiée à Jean et lui l’a accueillie au nom de vous tous. Je n’ai pas confié à Jean une pauvre femme affligée, mais une Mère puissante, la Femme qui a reçu de Dieu le Père la tâche d’écraser la tête du serpent. Elle l’a fait en m’engendrant, moi, le Fils de Dieu, et en engendrant également les enfants de Dieu, comme une véritable mère. Le combat contre les forces du mal sera de plus en plus fort. Le jour viendra où le Cœur de ma Mère sera votre seul abri, car seule son immaculation pourra vous protéger des pièges du démon.

Je vous ai envoyé ma Mère à maintes reprises afin que son amour vous reconduise à moi et que sa présence puisse vous aider à surmonter les difficultés de votre vie terrestre. Ma Mère est apparue d’innombrables fois sur Terre. Elle n’est pas venue à vous pour donner naissance à des discussions ou des tables rondes sur les phénomènes surnaturels, ni pour provoquer du fanatisme ou du sentimentalisme, mais pour vous rappeler à la foi authentique. La Sainte Vierge est apparue dans les moments les plus difficiles de la vie de l’Église et de la Terre, pour vous aider à surmonter toutes sortes de difficultés ; elle vous a toujours lancé un pont vers Dieu, en recouvrant de sa miséricorde nombre de vos péchés. Ne l’oubliez jamais, et repentez-vous pour chaque fois où vous ne l’avez pas accueillie, en vous moquant même d’elle et en la refusant. Je m’adresse également à vous, bergers de l’Église : repentez-vous ! Vous savez parfaitement pourquoi.

Le futur de mon peuple ne pourra pas se réaliser sans Marie. Mon Église sera mariale ou bien ce ne sera pas mon Église. Le Fils de l’homme a été engendré à travers Elle ; à travers elle sera également engendré un peuple nouveau, qui aura la force et la splendeur de la Mère de Dieu.

Marie réunira sous son manteau les hommes de chaque planète de l’Univers pour me les offrir, comme une véritable Mère. Marie est la Reine de l’Univers, comme j’en suis le Roi. En tant que telle, elle sera accueillie et vénérée par tous les enfants de Dieu, où qu’ils soient. Elle sera la Mère de toute l’humanité. Lorsqu’un homme refuse sa propre mère, il refuse la vie. C’est pourquoi celui qui refusera Marie ne participera pas à ma vie.

Mon peuple sera libre et autonome.

Il sera libre parce qu’il sera formé par des personnes libres au plus profond d’elles-mêmes ; autonome car il ne sera pas soumis à la tyrannie des systèmes et des structures. Il sera capable de s’adresser, face à face, à Dieu et il n’aura plus besoin d’interroger les autres pour savoir qui est Dieu. Il saura discerner le bien du mal et il n’aura aucun maître ni aucun intermédiaire hors de moi. Il ne sera dominé par aucune hiérarchie : personne ne pourra se considérer plus grand ou plus petit.

Le Saint-Esprit agira librement au sein de mon peuple et l’instruira. Dieu sera tout en tous.

On ne peut arriver à la véritable liberté sans immaculation, et il n’existe aucune véritable autonomie hors de mon Esprit. Votre humanité a toujours été soumise à des lois et à des autorités humaines, qui se sont souvent montrées injustes et cruelles, mais dont vous n’avez jamais pu vous passer. Pourquoi ? Parce que votre cœur s’est endurcit et la majeure partie d’entre vous est loin de Dieu. Vous êtes rebelles par nature et vous devez être dressés comme des chevaux sauvages. Vous n’êtes ni intègres, ni libres en vous-mêmes. De plus, vous avez refusé Dieu dans l’illusion de devenir plus libres, mais vous êtes devenus des esclaves de vos peurs. Ainsi, paradoxalement vous craignez plus la liberté que l’esclavage, car vous ne voulez pas assumer la responsabilité d’une vie intègre face à Dieu. Vous préférez obéir à des systèmes corrompus que de vivre libres et responsables, selon le souhait de Dieu.

Cette situation ne pourra pas se prolonger éternellement sur Terre, car vous devrez bientôt faire un choix bien précis : celui de devenir des hommes libres en Dieu, ou des esclaves de Satan. Au milieu, il ne restera plus rien. Les événements qui vont se produire vous obligeront à choisir, et vous ne pourrez pas fuir. Toutes vos distractions et vos fêtes avec lesquelles vous tenter de combler le vide de votre âme ne vous serviront à rien. Aucune autorité humaine ni aucun système ne pourra vous délivrer de la nécessité de faire votre choix. Vous devrez choisir, d’une façon ou d’une autre.

Je vous demande alors : quels hommes et quelles femmes voulez-vous être ? Quel futur désirez-vous pour vous et pour vos enfants ? Voulez-vous être des esclaves de ceux qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts, de ceux qui vous dominent ou vous exploitent, en vous abreuvant de mots vides et trompeurs ? N’aimeriez-vous pas, plutôt, être libres, capables de reconnaître par vous-mêmes la meilleure voie, pour la parcourir en toute sûreté, sous ma conduite ? N’avez-vous pas encore compris que Dieu vous aime et qu’il ne désire que votre vrai bonheur ? Dieu, le Père Créateur ne désire que la paix pour ses enfants, la véritable justice, la liberté. Il ne peut vous donner tout cela que si vous acceptez réellement d’obéir aux lois de son Esprit, qui sont infaillibles, pures et ne vous apportent que du bien. C’est ainsi que vivent les humanités fidèles à Dieu dans certaines planètes de l’Univers : elles se laissent guider intérieurement par Dieu, car elles reconnaissent que sa sagesse est toute-puissante, et respectent ses lois auxquelles elles se soumettent avec amour. C’est pour cela qu’elles ne connaissent pas le mal, car elles ne désirent que le bien. C’est à cela qu’est appelée toute l’humanité de l’Univers, tant celle de la Terre que celles des nombreuses autres planètes, où règne l’esclavage de la corruption. C’est pour cela que je suis mort et ressuscité, pour extirper de la création la mauvaise graine qu’a semée l’ennemi. Votre véritable ennemi est Lucifer, ne l’oubliez jamais.

Mon peuple sera un peuple sacerdotal, prophétique et royal. Il fera monter une offrande pure au trône de Dieu : chacun offrira soi-même et intercédera pour toute la création. Il vivra en union avec moi et sera prêtre de l’Univers. Il portera l’annonce des œuvres de Dieu et parlera en son nom, et chacun apprendra à l’autre les choses de Dieu.

Le sacerdoce, la prophétie et la royauté sont des prérogatives inviolables de mon peuple, car elles expriment la dignité des enfants de Dieu. Dieu vous a donné son Esprit et il a gravé en vous son image et sa ressemblance. Il vous a appelé à son service et à servir avec amour toute la création en son nom. Il ne vous a pas appelé à dominer, mais à servir. Le prêtre est celui qui sert, le ministre. Chaque fidèle est appelé à cette tâche, c’est pourquoi chacun de vous est un prêtre. Jusqu’à présent, tout cela n’a pas été valorisé dans mon Église, car les fidèles ont toujours placé au centre la figure du prêtre qu’ils voient habituellement : le curé, l’évêque, etc., lesquels offrent un service particulier au peuple et l’accompagnent spirituellement. En réalité, chaque fidèle est un prêtre qui s’offre au Père, en union avec mon offrande. En agissant de la sorte, il réunit en moi tout ce qu’il vit et tout ce qui l’entoure ; il devient celui qui réunit et offre à Dieu toute la création. Mon peuple sera un peuple sacerdotal, car chaque membre vivra son sacerdoce jusqu’au bout. Il le vivra d’une façon nouvelle, ouverte à l’œuvre de mon Esprit comme on ne l’a encore jamais vue, parce que je renouvellerai toute chose.

Même la prophétie s’exprimera pleinement et correctement. Vous serez tous prophètes, de véritables prophètes parlant au nom de Dieu, et en tant que tels, vous vous accueillerez l’un l’autre. Personne ne persécutera les prophètes, ni les traitera de charlatans ou de visionnaires, car chaque membre de mon peuple vivra sa dimension prophétique et il la respectera en tous les autres.

Chacun de vous sera un roi puisque il sera revêtu de la pleine dignité de fils de Dieu, le seul Roi de l’Univers. Il n’y aura plus de tyrans au sein de mon peuple, mais de véritables rois. Ils serviront mon peuple et ils ne l’écraseront plus ; ils n’imposeront pas leur érudition, ni leurs doctrines, ni leurs philosophies, mais ils seront capables d’exprimer la puissance du Saint-Esprit, car c’est la seule qui vous rend des rois.

Mon peuple vivra en communion avec les anges et il collaborera avec eux. Le sacerdoce de chacun de vous sera uni à celui des sept grands archanges, avec lesquels chacun de vous participera à la Liturgie Céleste, qui restera la seule et véritable Liturgie dans l’Univers.

Ce sera un peuple formé par des pères et des mères. Tout homme et femme de mon peuple exercera sa paternité et sa maternité spirituelle en faveur de tous et de chaque créature. Ce seront des pères et des mères les uns pour les autres. À travers eux, la vie de Dieu se répandra dans l’Univers et sera transmise à la création tout entière.

Ce sera un peuple composé de petits noyaux autonomes, mais liés entre eux par la véritable communion, c’est-à-dire par le lien de la charité. Ce seront de petites familles de Dieu, et elles composeront le tissu de toute l’humanité. Chaque noyau vivra et exprimera intensément la vie de l’Esprit. Il vivra sa dimension sacerdotale, prophétique et royale. Il sera gouverné par les lois de Dieu. Vous ne verrez plus les grandes foules qui se pressent sur vos esplanades pendant vos célébrations, avant de disparaître aussitôt dans la grisaille de la vie quotidienne. Au contraire, les noyaux dont je vous parle seront des cellules vivantes, palpitantes et dynamiques, qui transmettront une vie nouvelle à mon Corps Mystique.

Ces noyaux sont déjà en train de se former partout dans l’Univers. De nombreuses personnes de bonne volonté sont en train de s’unir entre elles pour vivre plus intensément leur foi ; elles ne vivent pas forcement sous le même toit, mais elles sont profondément unies par la force de mon Esprit. Elles mènent une vie simple, sans bruit et sans éclat ; elles vivent en vrais Chrétiens. Vous pouvez le faire vous aussi si vous vous jugez prêts. Le Saint-Esprit vous guidera.

À la fin des temps, lorsque je donnerai le royaume au Père, chaque noyau disparaîtra pour donner vie, enfin, à un seul peuple, unique et immense, qui ne sera qu’un cœur et qu’une âme. Ce sera la création nouvelle.

Mon peuple vivra la communion universelle. Il n’y aura plus aucune division de peuple, de race, de planète. L’humanité de tout l’Univers ne formera qu’une seule famille : la famille de Dieu. Il vivra une relation profonde et vivante avec Dieu, avec la Sainte Vierge et avec les esprits purs peuplant les dimensions les plus élevées. Chaque noyau sur Terre vivra une communion intense avec tous les noyaux, même avec ceux des autres planètes, car ils seront unis par mon Esprit au-delà de toute distance.

Enfin, mon peuple sera offert à moi. Chacun s’offrira à Dieu à travers le Cœur Immaculé de Marie et formera mon Corps, mon Église. Alors, un sacrifice pur s’élèvera au Père à travers le Fils dans la puissance du Saint-Esprit. Ce sera le sacrifice de mon peuple tout entier, vivants et défunts, uni au mien. Il sera sans cesse présenté devant le trône de Dieu par les archanges. À ce sacrifice s’uniront les esprits purs de tous les anges et de tous les saints. Ce sera la force la plus puissante de l’Univers, après celle de Dieu, et elle s’opposera aux forces de l’enfer.

Je vous invite à réfléchir sur ces points, pour comprendre ce que vous souhaitez vivre, si vous voulez ou non faire partie d’un peuple nouveau. Rappelez-vous que ce peuple ouvrira la route à ma venue glorieuse. Je viendrai et je rassemblerai tous mes enfants ; je les introduirai dans la création nouvelle, où ils vivront éternellement dans une dimension spirituelle et définitive. Il n’y aura plus aucune distinction de races ni de peuples. Il n’existera qu’un seul Dieu et un seul peuple[2].

Quand tout cela se produira-t-il ? Cela dépend beaucoup des choix de l’humanité, car vos décisions peuvent anticiper ou ralentir les plans de Dieu, vu qu’Il respecte votre liberté. Néanmoins, Dieu est déjà à l’œuvre pour vous ouvrir le chemin. Ce sera un processus progressif, mais le Père n’attendra pas indéfiniment que les hommes se décident. Je vous dis même que les temps pressent ; il est nécessaire que vous vous décidiez le plus tôt possible à vivre sérieusement votre foi, en mettant Dieu à la première place de votre vie et en renonçant à toute forme d’égoïsme.

Toute l’humanité de l’Univers est en train d’entrer dans une phase décisive de son histoire, dans laquelle ma puissance, unie à la foi de mon peuple, posera les fondations du monde à venir, de la création nouvelle. Faites en sorte que je vous trouve prêts, afin que je puisse me servir de vous et vous attirer à moi. Offrez-moi votre vie et permettez au Saint-Esprit de vous transformer en créatures nouvelles. Seules les créatures nouvelles entreront dans la création nouvelle.

Dieu est prêt. Même les instruments qu’il a choisis pour vous aider sont prêts ; à présent, c’est à vous d’agir. Priez et veillez !

Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

[1] Cf. Jean 14, 8-11

[2] Cf. Apoc 21

Publicités